Rien n’est parfait dans se monde mais la nature nous à octroyé une forme d’intelligence ( le discernement)

méditation

Une réflexion sur “Rien n’est parfait dans se monde mais la nature nous à octroyé une forme d’intelligence ( le discernement)

  1. Peut-être vaut il mieux commencer avec le mot « bodhisattva ». En sanskrit, bodhi signifie connaissance, dans le sens de connaissance suprême, de connaissance spirituelle, de connaissance de la réalité ; et ce terme signifie aussi « éveil », dans le sens de « s’éveiller à la vérité ultime », ou de pénétrer dans le cœur de l’existence. Bodhi est donc généralement traduit par « éveil », ce qui est bon en première approche, en stipulant que nous devons comprendre le mot non pas avec la pensée rationnelle du dix-huitième siècle mais dans son plein sens spirituel, voire transcendant. La bodhi est la connaissance spirituelle suprême, la grandiose atteinte de l’éveil qui est le but ultime de la vie bouddhique.

    Sattva signifie simplement être, pas nécessairement un être humain, mais tout être vivant, y compris un animal ou un insecte.

    Ainsi un bodhisattva est un « être d’éveil », un être s’éveillant : un être dont toute la vie est dédiée, ou dont toutes les énergies sont dévouées, à l’atteinte de l’éveil.

    Certains érudits soutiennent que le terme en pâli bodhisatta aurait dû être traduit en sanskrit par bodhisakta pour dire quelqu’un qui s’efforce d’atteindre le summum du bouddhisme, sakta signifiant s’efforcer. Mais le terme est resté bodhisattva, sattva signifiant, comme je viens de le proposer, « être » dans son sens habituel. Par exemple, quand quelqu’un parle de sarvasattva, « tous les êtres », il n’évoque pas tous les êtres ayant les grandes qualités qu’on associerait avec sakta. Néanmoins, il est possible qu’initialement, le terme bodhisattva ait eu cette connotation. Dans tous les cas, il n’y a aucun doute que cet idéal est grandiose. Le bodhisattva est un être par excellence. Dire qu’un bodhisattva est un être dont toute la vie est dédiée à l’atteinte de l’éveil, c’est dire que le bodhisattva est un bouddhiste idéal. Idéalement, un bouddhiste se voue à suivre les enseignements du Bouddha et à atteindre l’expérience de l’éveil, comme le fit le Bouddha. L’idéal du bodhisattva est également un idéal de notre propre transformation en une humanité éveillée. Car la définition de bodhisattva va loin : un bodhisattva est décrit comme quelqu’un se vouant à l’atteinte de l’éveil non pour lui-même, mais pour qu’il conduise tous les autres êtres vivants au même état.

Laisser un commentaire